Publié le 04/09/2017

Au cœur de
la forêt

Twin Farms vous surprendra à bien des égards.

Au cœur de|la forêt

Le bâtiment principal est une ancienne ferme du XVIIIe siècle située au cœur d'un domaine de 120 hectares dans la campagne du Vermont. En 1928, Sinclair Lewis et sa femme, la journaliste Dorothy Thompson, l'avaient achetée pour 10 000 dollars.

Twin Farms vous surprendra à bien des égards.

Je me souviens de chaque détail. Je venais de prendre un bain chaud dans le furo, et je m'apprêtais à retourner vers le bâtiment principal, une ancienne ferme vieille de 220 ans qui a nourri l'inspiration du romancier Sinclair Lewis.

Il a commencé à pleuvoir, et les gouttes tombaient dans un bruissement feutré. J'ai fermé mon manteau et je suis restée à regarder la pluie tomber. Je respirais l'air à pleins poumons et j'appréciais son contact sur ma peau encore chaude du bain. Je voulais savourer la pluie. Un cheval en métal avec une belle patine rouillée se tenait à proximité.

 

Un toussotement m'a sortie de ma rêverie. Une femme en sabots se tenait derrière moi en me souriant. Elle se protégeait sous un parapluie vert, et m'en tendait un second.

 

“C'était comme recevoir un cadeau auquel je ne m'attendais pas.”

« Je pense que vous allez en avoir besoin », a-t-elle dit. Cette femme était arrivée au bon endroit au bon moment, et dans la magie de cette ambiance diluvienne, la chose m'avait semblé tout à fait normale. J'allais pouvoir arriver à l'heure pour les pancakes, sans avoir besoin de changer de chaussettes.

 

C'était comme recevoir un cadeau auquel je ne m'attendais pas. Inespéré. La veille, j'avais déjà ressenti la magie des lieux alors que je savourais un plat à base de seigle, de champignons des bois, et de gnocchis aux herbes d'automne devant la grande cheminée.

 

 

J'avais passé l'après-midi à écrire dans la mezzanine du cottage où je séjournais, une maison scandinave mansardée avec des pierres de la région et des poutres en cèdre. La lumière entrait par les fenêtres du plafond cathédrale et inondait toute la pièce. Quand je suis rentrée chez moi, l'odeur de feu de cheminée était toujours dans mes cheveux, comme un souvenir de ce séjour enchanteur.

 

Articles connexes dans notre magazine
Le mana māori | de Kauri Cliffs
Le mana māori
de Kauri Cliffs
Cliquez ici pour lire
Le précieux cristal Lalique
Le précieux cristal Lalique
Cliquez ici pour lire