Publié le 28/06/2019

Le Mas des Herbes Blanches,
sous le chant des cigales

Au cœur de la Provence, très loin de l'agitation des grandes villes, se cache le Mas des Herbes Blanches, sa ceinture d'oliviers et de cyprès, sa vue magnifique sur la vallée du Luberon et son atmosphère toute méditerranéenne. Une parenthèse de calme, troublée seulement par le chant des cigales.

Le Mas des Herbes Blanches, |sous le chant des cigales

Au cœur de la Provence, très loin de l'agitation des grandes villes, se cache le Mas des Herbes Blanches, sa ceinture d'oliviers et de cyprès, sa vue magnifique sur la vallée du Luberon et son atmosphère toute méditerranéenne. Une parenthèse de calme, troublée seulement par le chant des cigales.

Les paysages incroyables, les villages pittoresques, les couleurs, l’odeur des champs de lavande flottant dans le vent, les vins locaux et spécialités fraîchement préparées sur les marchés… Ce fut un véritable coup de foudre lorsque j'ai découvert la Provence il y a quelques années. Me revoilà pour un week-end au Mas des Herbes Blanches, un petit hôtel de charme niché sur une colline aux vues panoramiques sur la vallée du Luberon.
Le Mas des Herbes Blanches possède une beauté sans prétention. Construit en pierre, à la façon d’un corps de ferme traditionnel, il s’apparente plus à une grande maison de famille qu’à un hôtel de luxe. Avec ses piscines intérieure et extérieure, son spa, son restaurant et son bar très cozy, vous n’y manquerez de rien pour vous sentir chez vous le temps d’un court séjour en Provence.
L’une des premières choses qui me marque dans cet hôtel, outre sa situation idéale pour admirer les couleurs des paysages luberonnais, est sa tranquillité. En sortant de la chambre, je n’entends rien d’autre que le crissement des grillons, le gazouillis des oiseaux et le doux bruissement des feuilles faisant monter jusqu’à notre terrasse des effluves de chèvrefeuille. Rien de tel qu’un séjour à la campagne, surtout dans le sud de la France, pour vous obliger à ralentir pendant quelques jours.

Pour ralentir, nous ralentissons. Ce soir-là, nous prenons notre temps au restaurant, après avoir contemplé, coupe de champagne à la main, le coucher de soleil teintant le ciel de rose et de violet. Je savoure mon menu en cinq délicieux plats accompagnés de vins.
 


 
Le reste du week-end s’est passé nonchalamment au bord de la piscine, à lire et à absorber les rayons du soleil avant de faire un saut à Gordes pour le dîner. Une parenthèse parfaite loin de Paris, que j’espère réitérer tous les ans.
Articles connexes dans notre magazine
Douceur de vivre bucolique |sur l’île de Fyn
Douceur de vivre bucolique
sur l’île de Fyn
Cliquez ici pour lire
La vie au vert |sur l’île d’Émeraude
La vie au vert
sur l’île d’Émeraude
Cliquez ici pour lire