Le charme pittoresque
de l'automne italien au Palazzo Seneca

"Si vous aimez autant que moi les truffes noires, le prosciutto et le vin, Norcia est fait pour vous. Au cœur de cette charmante cité, dans une région pittoresque, j'ai eu l'impression que j'allais passer une soirée chez un ami. Un ami qui possèderait un palais du 16ème siècle..."

Le charme pittoresque | de l'automne italien au Palazzo Seneca

"Si vous aimez autant que moi les truffes noires, le prosciutto et le vin, Norcia est fait pour vous. Au cœur de cette charmante cité, dans une région pittoresque, j'ai eu l'impression que j'allais passer une soirée chez un ami. Un ami qui possèderait un palais du 16ème siècle..."

Propriété de la famille Bianconi, le palais a été superbement restauré en rehaussant son charme historique par des notes modernes de bon goût. Élégant et intime à la fois. Le rez-de-chaussée abrite plusieurs chambres confortables équipées de grandes cheminées et de divans confortables pour se reposer autour d'une superbe bibliothèque d'époque. Installez-vous au coin du feu avec un livre, ou défiez un ami aux échecs. Mais après avoir voyagé toute la journée, j'ai choisi de me délasser aux bains turcs et au sauna. Pleinement détendue, je me suis ensuite rendue au restaurant Vespasia pour le dîner, où j'ai été accueillie par le chef Valentino Palmisano. Ce Napolitain d'origine est revenu en Italie en mai 2017 après avoir passé sept ans à Shanghai et Kyoto. J'avais hâte de découvrir ce qu'il avait ramené de ses voyages. 

"Terriblement simple, et cuit à la perfection. J'en mangerais tous les jours."

Le chef Palmisano m'a expliqué que la tomate est l'un des ingrédients essentiels de la cuisine italienne et qu'en conséquence, le dîner ce soir commencerait par un plat qu'il porte dans son cœur : des spaghettis à la tomate. Terriblement simple, et cuit à la perfection. J'en mangerais tous les jours. Son expérience asiatique transparaissait dans les plats suivants : un sashimi de sébaste avec des oursins, suivi d'un ris de veau aigre-doux. L'apogée du repas, pour moi, est arrivée ensuite : des tortellinis à la truffe noire avec un consommé de champignons. Un mets riche, mais d'une grande délicatesse. Ensuite sont arrivés du riz Acquerello avec du chou-fleur, de l'anguille avec du maquereau japonais (saba), des senteurs de réglisse. Cela m'a rappelé mon plat de prédilection au Japon, unagi don. Le chef Palmisano sait allier à la perfection la cuisine traditionnelle de l'Ombrie et ses expériences en Asie. Ce dîner fut pour moi un véritable rêve : un superbe mariage entre mes deux cuisines préférées, l'italienne et la japonaise. Chaque plat était d'une exécution parfaite, et j'ai eu l'impression d'être emmenée dans un voyage à travers l'Ombrie en empruntant la perspective culinaire internationale du chef. 

Après avoir quitté le Palazzo Seneca, j'ai réalisé que j'avais oublié de rendre la clé de ma chambre. J'y avais passé un moment tellement agréable qu'inconsciemment je ne voulais plus partir. Je me suis sentie comme chez moi, et je n'avais qu'une envie : m'installer au coin du feu en mangeant des pâtes pour toujours.

 

Articles connexes dans notre magazine
Le goût de la montagne | dans l'assiette du Flocons de Sel
Le goût de la montagne
dans l'assiette du Flocons de Sel
Cliquez ici pour lire
Comme par Magie
Comme par Magie
Cliquez ici pour lire